Comment reconnaître les aliments ultra-transformés?

21 mars, 2020

Lors d’un précédent article sur la malbouffe végane, je mentionnais que les produits ultra-transformés représentent près de la moitié de l’apport calorique dans de nombreux pays et qu’ils sont néfastes pour la santé. Suite à cet article, un lecteur m’a demandé comment reconnaître les aliments ultra-transformés. Il se demandait si le tofu et les yogourts sucrés aux fruits peuvent-être considérés comme des aliments ultra-transformés au même titre que les croquettes de poulet.

Il est reconnu que dans notre alimentation quotidienne il est important de privilégier les aliments frais tel que les fruits et légumes frais ou congelés, les œufs, les viandes, la volaille, les poissons, les fruits de mer, les noix et graines, les légumineuses, le riz, les pâtes alimentaires, le couscous, la farine, le lait, le yogourt nature sans sucre, les fines herbes, l’ail…

Afin de prolonger la durée de vie et les caractéristiques organoleptiques de ces aliments frais, des techniques de transformation peuvent être utilisées par les industriels, comme l’ajout de sucre, de sel ou d’huile. On parlera ici d’aliments transformés. Dans cette catégorie on retrouve les aliments en conserve (légumes, fruits, légumineuses, poisson…), les viandes et poissons fumés, le tofu, les pains de boulangerie, les fromages, les beurres de noix et graines.

Il faut différencier cette catégorie des aliments ultra-transformés qui, eux, contiennent des ingrédients ajoutés tel que le sucre, l’huile, le sel mais aussi des ingrédients que l’on ne retrouve pas habituellement dans notre garde-manger comme les additifs alimentaires (conservateurs, colorants, épaississants, arômes artificiels, gélifiant, émulsifiants, édulcorants, exhausteurs de goût…), les huiles hydrogénées, les isolats de protéines, les sirops de maïs à haute teneur en fructose…

La meilleure façon de reconnaître un aliment ultra-transformé est de porter une attention particulière à la liste des ingrédients. Si celle-ci est longue, contient des ingrédients imprononçables ou si ce ne sont pas des ingrédients que vous pourriez avoir dans votre garde-manger alors il s’agit certainement d’un produit ultra-transformé. De plus, méfiez-vous des emballages et des publicités trompeuses. Certains aliments ultra-transformés se verront défini par les industriels comme sains, naturels, sans sucre, biologiques.

Parmi les aliments ultra-transformés on retrouve la plupart des: biscuits, gâteaux, barres tendres, friandises chocolatées, gâteaux, bonbons, boissons sucrées, boissons énergisantes, produits laitiers sucrés, yogourts sucrés, pains industriels, craquelins, croustilles, grignotines salées, céréales à déjeuner, gruaux aromatisés, repas surgelés (pizzas, croquettes de poulet, pâtes…), saucisses, viandes froides, soupes instantanées, sauces et vinaigrettes, substituts de sucres, édulcorants…

Comme vous le voyez, la liste est longue!

Afin de répondre à notre lecteur, nous pouvons donc voir que le tofu est un aliment transformé et qu’il fait parti d’une alimentation équilibrée alors que le yogourt sucré aux fruits tout comme les croquettes de poulet font partie des aliments ultra-transformés et sont donc à éviter. Il serait judicieux de remplacer le yogourt industriel par un yogourt nature agrémenté de fruits avec un peu de sirop d’érable et de remplacer les croquettes de poulet par une recette maison, telle que les Escalopes de poulet à la milanaise.

Si l’on a à coeur notre santé, exclure les produits ultra-transformés de nos assiettes est indispensable. Planifier ses repas pour la semaine, acheter ses aliments et cuisiner est le meilleur conseil à donner. Ne vous découragez pas: avec un peu de motivation et une bonne organisation tout est possible. De plus, nous sommes là pour vous accompagner dans cette démarche.


Références

The following two tabs change content below.

Auteur

Jennifer Morzier

Jennifer Morzier

Jennifer est nutritionniste diplômée de l’Université de Montréal depuis décembre 2018 et membre de l’Ordre professionnel des diététistes du Québec (OPDQ). Elle est convaincue que la qualité de nos choix alimentaires a un impact direct sur notre santé et notre niveau d’énergie. Son objectif ? Aider à améliorer la qualité de ce que l’on met dans nos assiettes, c’est donc tout naturellement qu’elle allie ses efforts à ceux de l’équipe de SOSCuisine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notre infolettre hebdomadaire inclut :

  • Votre nouveau menu
  • Recettes, conseils nutrition et alimentation
  • Occasionnellement, des promotions sur les produits et services de SOSCuisine et de certains partenaires de confiance
  • Occasionnellement, des invitations à aider la recherche universitaire en répondant à des sondages ou études
  • Votre adresse email ne sera jamais transmise à des tiers et vous pourrez retirer votre consentement à tout moment.
SOSCuisine, 3470 Stanley, bureau 1605, Montréal, QC, H3A 1R9, Canada.