Les diètes faibles en glucides sont-elles une solution pour les personnes diabétiques?

3 juin, 2020 , , ,

En 2019 l’American Diabetes Association (ADA) a publié un rapport de consensus sur le traitement nutritionnel du diabète basé sur les données probantes les plus récentes. Vous trouverez ICI les principales recommandations issues de ce rapport.


L’ADA affirmait que de multiples approches alimentaires peuvent être envisagées afin de prévenir ou d’améliorer le contrôle du diabète. Parmi les options figurent les diètes faibles en glucides*, soit la diète LCHF (low carb high fat) et les diètes très faibles en glucides*, soit la diète cétogène.

Au vu de la popularité croissante des diètes faibles en glucides, au mois de mai 2020 Diabète Canada a également émis un rapport contenant leur position sur ce type d’alimentation comme traitement nutritionnel pour les personnes atteintes de diabète. Grâce à ce rapport, basé sur les dernières données probantes, Diabète Canada souhaite fournir des recommandations aux praticiens de la santé et informer au mieux les personnes diabétiques, afin de les guider dans leurs choix. Rappelons que plusieurs avenues sont envisageables pour une meilleure gestion du diabète et qu’une alimentation de type méditerranéenne, végétarienne et végétalienne ont prouvé leur efficacité.

Voici les principales informations issues de ce rapport.

Résumé de la recherche

Les recherches montrent que suivre une diète faible en glucide lorsque l’on est diabétique de type 1 ou de type 2 permet de diminuer les niveaux d’hémoglobine glyquée (signifiant un meilleur contrôle de la glycémie au cours des trois derniers mois), de réduire les besoins en insuline, de diminuer la variabilité des glycémies et d’aider à la perte de poids. Le diabète est ainsi mieux contrôlé.

Certaines études sur les personnes atteintes du diabète de type 2 mettent même de l’avant des taux plus élevés de rémission du diabète, de meilleurs niveaux de triglycérides et un besoin réduit en médicaments à court terme.

Quelques réserves subsistent

  • Les études sur le long terme sont manquantes à l’heure actuelle. Il est donc difficile de dire si les améliorations du contrôle des glycémies et la perte de poids seront maintenus à long terme et si l’on verra une réduction des complications du diabète, des maladies cardiovasculaires et de la mortalité chez les diabétiques qui suivent des diètes faibles en glucides.
  • Il est important de noter que de nombreuses personnes ont de la difficulté à suivre une diète faible en glucides sur le moyen et long terme.
  • Difficile de savoir si les améliorations rapportées dans les études sont directement liés aux régimes alimentaires faibles en glucides ou bien si d’autres facteurs sont impliqués. On ne sait pas quels mécanismes précis sous-tendent les avantages des régimes à faible ou très faible teneur en glucides.
  • De plus, les lacunes de certaines recherches rendent difficile la généralisation des recommandations.

Les recommandations de Diabète Canada

1- Les personnes diabétiques devraient être accompagnées dans leur démarche de changement d’habitudes alimentaires afin que ceci soit fait de façon saine et adaptée aux valeurs, objectifs et préférences de ces derniers.

2- Les diètes faibles en glucides, si elles sont bien planifiées, peuvent être considérées comme une option saine pour les personnes diabétiques. Si elles sont bien suivies, ces diètes permettent une perte de poids, l’amélioration du contrôle de la glycémie et la réduction de la prise de médicaments ou d’insuline

3- Diabète Canada rappelle l’importance d’informer son médecin et les autres professionnels de la santé des changements alimentaires envisagés afin d’adapter les traitements médicaux. En effet, les diabétiques suivants des diètes faibles en glucides pourraient avoir besoin de réduire voir d’arrêter l’insuline et / ou les médicaments afin d’éviter les risques d’hypoglycémie ou d’acidocétose.

4- Les personnes qui souhaitent adopter une alimentation faible en glucides devraient se faire accompagner par un(e) nutritionniste qui s’assurera de la qualité des lipides, des protéines et des glucides consommés ainsi que des apports adéquats en vitamines, minéraux et fibres. En effet, une alimentation faible en glucides peut rendre plus difficile l’atteinte des recommandations en terme de fibres et d’autres nutriments. Pour plus d’information, sur les carences possibles avec une diète très faible en glucides, spécifiquement la diète cétogène, cliquez ICI.

La nutritionniste saura également adapter l’alimentation en fonction des valeurs, préférences, besoins et objectifs de chacun.

Pages : 1 2 Page suivante

The following two tabs change content below.

Auteur

Jennifer Morzier

Jennifer Morzier

Jennifer est nutritionniste diplômée de l’Université de Montréal depuis décembre 2018 et membre de l’Ordre professionnel des diététistes du Québec (OPDQ). Elle est convaincue que la qualité de nos choix alimentaires a un impact direct sur notre santé et notre niveau d’énergie. Son objectif ? Aider à améliorer la qualité de ce que l’on met dans nos assiettes, c’est donc tout naturellement qu’elle allie ses efforts à ceux de l’équipe de SOSCuisine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notre infolettre hebdomadaire inclut :

  • Votre nouveau menu
  • Recettes, conseils nutrition et alimentation
  • Occasionnellement, des promotions sur les produits et services de SOSCuisine et de certains partenaires de confiance
  • Occasionnellement, des invitations à aider la recherche universitaire en répondant à des sondages ou études
  • Votre adresse email ne sera jamais transmise à des tiers et vous pourrez retirer votre consentement à tout moment.
SOSCuisine, 3470 Stanley, bureau 1605, Montréal, QC, H3A 1R9, Canada.